Université de Córdoba

portrait.jpg

L’origine de l’Université nationale de Cordoba est associée, comme d’autres établissements d’enseignement supérieur d’Amérique latine, à la gestion jésuite. En juin 1613, Mgr Fernando de Trejo y Sanabria s’engagea auprès du Père Provincial Diego de Torres à céder des capitaux et à fonder ainsi des études de latin, d’arts et de théologie. L'université de Cordoba est née comme université indépendante de l’autorité royale.

L’adoption du vote universel par la loi Saenz Peña (1912) coïncidant avec de nouvelles aspirations étudiantes a laissé place à une réforme universitaires. Les principaux aspects de la réforme universitaire de 1918 ont été la mise en place d'une gestion partagée entre les chapîtres enseignants, étudiants et diplômés ; la qualité de l’enseignement garantie par des méthodes publiques de sélection des enseignants ; et l’engagement en faveur de la transformation sociale. Le XXIe siècle est le théâtre du rétablissement du rôle de l’État dans la conception et la mise en œuvre des politiques de l’enseignement supérieur, de la science et de la technique, visibles par une augmentation constante du budget.

Aujourd’hui, l’UNC s’efforce d’approfondir l’engagement avec la société en générant des politiques, scientifiques et techniques qui la placent dans le domaine de l’innovation scientifique-technologique et productive ainsi que dans les aspects démocratisant de l’éducation.

L’Université nationale de Cordoba (UNC) compte environ 136 000 étudiants. Répartie entre la Ciudad Universitaria et le centre historique de Cordoba, l’UNC – également appelée Casa de Trejo dispose de 15 facultés, 2 écoles secondaires, 145 centres et instituts de recherche, 25 bibliothèques, 17 musées, un laboratoire, 2 hôpitaux, une banque de sang, 2 observatoires astronomiques, une réserve naturelle, ainsi qu'un multimédia de communication composé de 2 chaînes de télévision, de 2 radios (AM et FM) et d’un portail d’information.

Adresse

Contacts