Le comité de rédaction d'e-Phaïstos a le plaisir de vous annoncer la parution du nouveau numéro VIII-1 I 2020 d'e-Phaïstos. 

e-Phaïstos est une revue d'histoire des techniques ouverte, généraliste, pluridisciplinaire, dirigée par Anne-Françoise Garçon, professeur émérite de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Résolument internationale, la revue met en perspective l'histoire des techniques en analysant les différentes facettes intellectuelles, culturelles, sociales, économiques, ou politiques des pratiques, techniques et technologies, sans négliger l'approche épistémologique, l'étude critique des méthodes et des sources utilisées par les chercheurs.

Intitulé "Ecomusée : une expansion internationale", et réalisé sous la direction d'Anne-Françoise Garçon, Ana Cardoso de Matos et Giovanni Luigi Fontana, le dossier thématique est issu du 7ème Workshop International du Master Erasmus Mundus TPTI, qui s'est tenu à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en septembre 2016. Ce dossier est enrichi d'un article rédigé par les responsables de l'écomusée du Creusot-Montceau, qui propose le premier historique de la structure effectué à part des archives de l'institution.

A l'aune de 50 ans de pratiques et d'appropriations de ce concept voyageur, le dossier propose un panorama des réalités écomuséales. Il évoque comment les concepts écomuséaux ont su répondre aux questionnement autour du patrimoine culturel dans les différents continents. L'importance croissante que les musées consacrent aux systèmes de valeurs et de représentations du monde extra-occidental résonne avec la force du concept voyageur. En définitive, les musées ne seraient-ils pas tentés de devenir des écomusées ? En tant que lieu de questions évoluant en miroir d'un environnement vivant, l'écomusée constitue son propre appareil critique.

Dans ce numéro, vous trouverez, entre autres, une leçon d'Olivier Zeller sur "Les transferts technologiques vers Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles", ainsi qu'un bel article sur le tissu Ndop dans l'Ouest Cameroun, signé par Francine Awounang et Jules Kouosseu.